exposition peinture

Exposition "Peinture"

Du 13 janvier au 7 mars - Huit jeunes artistes revoient ou remettent en cause la vision traditionnelle de la peinture.

Visite gratuite, en entrée libre
Ouverture les mercredis, samedis et dimanches de 14h à 18h

--

Non, la peinture n’est pas morte…

Malgré ce que l’on annonce depuis des décennies, la peinture n’est pas morte ni même mourante, à preuve les huit jeunes (moins de 40 ans) artistes choisis.

Cependant, chacun(e) à sa façon, revoit ou remet en cause la vision traditionnelle de cette pratique.

Aux marges.

Natalia Jaime Cortez utilise la peinture comme un moyen de réaliser des dessins (le contraire du processus habituel) en utilisant des bains de peintures pour y tremper des feuilles de papiers préalablement pliées, avant de les déplier et d’en révéler les pliures.

Natalia Jaime Cortez
"La ronde 2-I" de Natalia Jaime Cortez

Dans la continuité revisitée.

Nicolas Cluzel relit, de façon sarcastique et avec des yeux de notre temps, des chefs-d’œuvre du patrimoine de la peinture : Goya, Caravage, Caillebotte, Rubens, Vinci, Manet… Rupture et continuité…

De la sculpture à la peinture.

Élodie Boutry peint en volume. Elle recycle aussi ses œuvres éphémères en volume, les découpe et les réassemble, comme des puzzles, pour constituer des tableaux-objets qui miment une certaine forme de continuité historique avec l’abstraction géométrique des années 1950.

Délires et fantasmes.

Julien Wolf, dans de grandes toiles au caractère expressionniste, met en scène un univers où humains et animaux s’hybrident, comme dans un (mauvais ?) rêve.

Exposition "Peinture"
"Rouge-gorge en résille" de Julien Wolf

« Sur des pensers nouveaux faisons des vers antiques. » (André Chénier)

Laura Zimmermann a une technique classique, qui s’inscrit dans une longue tradition figurative, mais elle la met au service de sujets résolument d’actualité.

Exposition "Peinture"
"Dis seulement une parole et je serai guéri #434" de Laura Zimmermann

Abstrait ou figuratif ?

Les peintures de Julia Scalbert se prêtent à de nombreuses lectures, sans que l’on puisse trancher sur leur nature : piles de draps, tronçons de chair… ou pures abstractions.

Du monumental à l’intime

Les peintures d’Oscar Malessène sont inspirées des œuvres géométriques monumentales du milieu du siècle dernier (les Delaunay, Aublet…) mais en inversent les enjeux, avec une réalisation qui ressortit plus à la miniature qu’au grandiose, dans des coloris qui récusent toute volonté ostentatoire…

Du flou au trouble…

Les toiles de Thomas Auriol déroutent parce que, devant elles, la première réaction est de penser que l’on a un problème de vision. C’est un subterfuge pour forcer le spectateur à « entrer » dans l’œuvre."

Louis Doucet, novembre 2020

Exposition "Peinture"
"Gardes-le fort" de Thomas Auriol

 

Autour de l'exposition  

"Visite à deux voix" - une visite guidée des expositions "Peinture" et "Les allumés du design"  

En savoir plus