Les allumés du design

Exposition "Les allumés du design" - visite virtuelle

Du 13 janvier au 28 février - Lampes, suspensions, appliques, lampadaires… Multiples sont les types de luminaires qui éclairent nos intérieurs. Une exposition design à visiter depuis chez vous !

La Visite virtuelle

Les luminaires des années 1960 à 90

Aux fondements de notre société moderne, l’avènement de la « fée électricité » à la fin du 19e siècle va profondément modifier l’univers de nos lieux de vie, en y apportant entre autres, la lumière. Les créateurs vont vite s’emparer des nouveaux objets de diffusion de la lumière pour leur donner une forme au service de leur fonction et de leur fabrication en série.

Le luminaire est en lui-même un objet, une présence physique dotée d’une dimension quasi sculpturale, et, en même temps, il possède la capacité à changer notre perception des lieux qu’il éclaire, à créer l’ambiance nocturne de nos intérieurs, car il est avant tout source de lumière.

Issue des quelque 3000 items de la collection « Design et modes de vie » du Musée de la ville de Saint-Quentin-en-Yvelines, la sélection de luminaires présentée dans « Les Allumés du design » est axée sur les décennies 1960, 1970, 1980. Période faste en matière de design, elle est également caractérisée par un âge d’or du « chez soi », où s’épanouit la vie familiale et sociale. Dans ce contexte, l’aménagement et l’équipement du foyer font l’objet d’une attention particulière et, avec d’autres éléments de mobilier, le luminaire constitue un des supports privilégiés à l’imagination des créateurs.

Un maillon indispensable : les éditeurs

La société italienne Artemide

Artemide fait partie des entreprises familiales, situées plus particulièrement dans le nord de l’Italie, qui n’ont pas reculé devant l’ambition des designers. Fondée en 1959 dans la région de Milan par Ernesto Gismondi et Sergio Mazza, la firme passe rapidement d’une production confidentielle et élitiste à une diffusion de masse, tout en maintenant un design de qualité et une prise en compte des enjeux sociaux et culturels.

La lampe Eclisse, créée en 1965 par Vico Magistretti, remporte le prestigieux prix Compasso d’Oro en 1967. Son créateur, déclarant que « le beau est utile », recherche un équilibre délicat entre la fonction et l’esthétique. En effet, cette lampe, d’une grande simplicité formelle, permet de régler très finement l’intensité de l’éclairage.

Dépositaire de nombreux brevets techniques, la firme développe également une technologie nouvelle d’utilisation du plastique par injection. Cet investissement, très coûteux au départ, nécessite une large production, mais permet néanmoins une grande qualité d’exécution en une seule opération. C’est ainsi que naît la chaise Selene en 1969, toujours par Vico Magistretti. Il s’agit d’un des premiers exemples de chaise empilable en plastique moulé par compression. Mais c’est aussi et surtout dans le domaine de l’éclairage que la société s’est montrée avant-gardiste et continue d’ailleurs à se distinguer. Pour ne citer qu’elle, la lampe Tizio, créée par Richard Sapper en 1972, est la première lampe à source halogène.

Ayant ainsi concilié qualité et quantité, Artemide a contribué à la réputation internationale du design italien. Plusieurs de ses productions sont exposées en permanence, notamment au Musée d’Art Moderne de New York.

La firme française OXAR

C’est en 1969, à Ivry, que naît la Société OXAR (initialement LUMINOX) créée par Jocelyne Trocmé qui s’associe à deux designers : Jacques Veyrat-Masson et Philippe Rogier, élève de Serge Mouille. Très vite, OXAR souhaite imposer une vision française du luminaire contemporain. La société conçoit et fabrique de nombreux modèles qui allient des qualités fonctionnelles, esthétiques et compétitives pour un design à la portée de tous.

Les modèles, dominés par l’utilisation du métal dans des finitions de surface clinquantes (acier inoxydable, aluminium, acier chromé ou brossé, surface laquée) ou par l’altuglas (marque déposée en 1961 par la Société française ALTULOR, sur le modèle du plexiglas) remportent un grand succès en France et en Europe. L’ampoule apparente avec calotte argentée, qui permet d’éviter l’éblouissement et de renvoyer la lumière vers son support, est d’usage systématique dans les différentes gammes.

OXAR a su développer une esthétique singulière qui l’inscrit directement dans l’univers pop et disco des années 1970. Allumés, les modèles jouent sur le reflet, la diffraction, les ombres portées ; éteints, ils atteignent une dimension sculpturale, telle la fameuse Fleur de lumière.